Déclaration CGT sur le projet de maillage territorial des centres d’interventions (Réunion du 27 septembre 2018)

Messieurs les Vice-présidents,

Vous nous réunissez ce jour pour discuter autour du projet route du futur et du futur maillage des centres d’interventions du département de Loire-Atlantique.

Discuter ai-je dit, j’aurais plutôt du dire vous écouter :
• Vous écouter tant le temps consacré à la présentation d’un PowerPoint de 45 pages en 90 minutes de réunion laisse très peu de place à la discussion et au dialogue social
• Vous écouter car quoiqu’on puisse en dire, vous mettez en oeuvre des politiques nationales de réduction de services publics, de baisse de niveaux de services rendus au public, de réduction de couts, de réduction des effectifs, et caetera….en gros la politique et le projet CAP 2022 que votre assemblée s’évertue à combattre sur certains points
• Vous écouter car au vu de la présentation du power point, quoiqu’on veuille en dire, tout semble déjà ficelé et ne reste plus qu’à boucler le dossier en le « présentant aux OS » …En effet, via cette présentation vous la finissez par le début en tirant un premier bilan du maillage territorial et des regroupements des centres d’intervention du Vignoble.

Où sont donc passés vos beaux engagement, messieurs les vice-présidents, pris devant les organisations syndicales et devant les agents lors des différentes réunions de 2017 ? Vous vous étiez engagés à faire un retour d’expérience suit à la mise en place, dixit le procès-verbal du comité technique du 1er décembre 2017.
Retour d’expérience prévu en deux étapes, la première à l’automne 2018, période sur laquelle vous vous étiez engagés à retourner à la rencontre des agents, promesse non tenue encore à ma connaissance sauf erreur de ma part, et le second en avril 2019. Il semblerait que vous ayez découvert une machine à voyager dans le temps car on a déjà l’impression d’être en avril 2019.
Aucune évaluation contradictoire de l’expérience, mieux celle-ci est complètement positive quand on voit la présentation qui nous en est faite. Aucune trace dans le document sur l’impact sur la santé des agents, l’augmentation des temps de trajets personnels ou professionnels, l’éloignement des domiciles, l’impact sur les familles, la généralisation du travail posté et l’influence sur la santé et puis surtout rien sur la baisse des niveaux de service et des services rendus à l’usagers…

Alors, que faire lors de cette réunion ?
Vous écouter pendant 1h30 sur un projet qui, quoiqu’on puisse en dire, ne parlera que du quantitatif au détriment du service public et des agents ?
La Cgt reste et restera attachée à un service public de qualité et égalitaire.
Alors quand on voit la définition que vous faites de la proximité…. Afficher vouloir plus de proximité, LOL… prenez donc le temps d’expliquer aux usagers qu’ils ne seront pas perdants dans l’affaire et que le service sera plus proche d’eux quand vous allez multiplier par 1.5 voire 2 fois la distance moyenne entre un habitant et le centre d’intervention le plus proche, quand les délais d’interventions d’urgence vont être eux aussi multipliés suivant le même ordre de grandeur pendant les horaires d’ouverture (un délai de 20 minutes affiché il n’y a pas si longtemps, qui au fur et à mesure des versions de documents, a disparu), lorsque vous allez fragiliser une catégorie d’agents déjà fortement exposés au danger en multipliant les temps de trajets personnels et professionnels ou en généralisant le travail posté.

Nous aussi nous savons lire entre les lignes et parler de proximité de l’usager quand on nous annonce ni plus ni moins dans le document la fermeture de 8 à 15 centres d’interventions….
Une chose est certaine, le gagnant ne sera ni l’usager, ni le service public…
Vous avez peut-être l’impression de redite mais l’ensemble de ces éléments ont déjà été cités en comité technique du 1er décembre 2017.
Je ne vais pas vous priver messieurs d’un temps de parole, ou d’écoute pour les organisations syndicales, qui reste précieux en cette période électorale. Alors pour abréger, nous vous rappelons que la CGT revendique un retour à un service unique national des routes et infrastructures

La CGT :
• S’opposera systématiquement à toute fermeture de centre d’intervention et revendique le maintien du maillage actuel ainsi que toute suppression d’effectifs
• Revendique le renforcement des effectifs, la compensation des temps partiels et des nombreux arrêts maladie, par des recrutements statutaires pour pouvoir assurer l’ensemble de nos missions de service public notamment en termes d’entretien, d’exploitation et de sécurité
• Revendique le renforcement des moyens pour pouvoir exécuter l’ensemble de nos missions
• L’arrêt de toute externalisation de nos missions
• L’arrêt de toutes les concessions de réseaux aux autres partenaires

La CGT a bien pris connaissance du document qui va nous être présenté et demande soit un allongement de la durée prévisible de la réunion, soit une nouvelle réunion de présentation et discussions réelles et non chronométrées en présence des élus.
Vous nous présentez dans ce PowerPoint un calendrier plus que serré. Aujourd’hui, l’organisation et le maillage actuel des centres d’intervention permettent un fonctionnement correct, certes à améliorer, alors prenons le temps d’un réel dialogue social basé sur la discussion et les négociations…
La CGT, à quelques semaines d’élections professionnelles, demande juste le rétablissement d’un véritable dialogue social et non d’un monologue social
La CGT réserve sa participation à cette réunion à vos réponses.
Et si nous quittons la réunion de ce jour, nous informerons les agents de notre décision, participerons aux prochaines réunions mais aussi, nous mobiliserons…

Et encore une fois, pardon de vous avoir pris du temps de parole ou d’écoute.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *