Comité technique juin 2016 – Déclaration CGT sur le laboratoire Arc’Antique

Situation du laboratoire Arc’Antique – Comité technique Vendredi 3 juin 2016

Depuis le 1er janvier 2015 Arc Antique a été intégré au Département à la régie autonome du « Grand Patrimoine de Loire-Atlantique ».

Nous intervenons sur ce sujet aujourd’hui car le laboratoire est dans une situation critique, les agents du laboratoire ont adressé au Président deux lettres les 17/11/2015 et 22/04/2016 , elles restent à ce jour toutes deux sans réponses.

Lors de l’intégration du laboratoire à GPLA, des élus du Conseil départemental, les équipes du Grand Patrimoine de LA et de la DRH ont garanti au personnel de la structure la reprise totale des moyens techniques et humains. Confirmé dans le rapportprésenté lors du vote du budget primitif 2015 : je cite : « le Département de Loire-Atlantique propose que l’ensemble du personnel du laboratoire soit repris au sein des services départementaux et affecté au pôle laboratoire Arc’Antique« .

Le 6 novembre 2015, le Département a signifié à un agent, technicien de recherche du Ministère de la Culture et de la Communication et mis à disposition d’Arc’Antique depuis 19 ans, qu’il serait réintégré à la DRAC des Pays de la Loire à partir du 1er janvier 2016.

La perte de cet agent signifie pour le laboratoire la fin de la recherche et des traitements du secteur « patrimoine sous-marin ».

En effet, ce dernier a développé et entretenu de façon constante le traitement des pièces issues du patrimoine sous-marin. Cette spécificité, qu’il est le seul à savoir maîtriser au sein d’Arc’Antique, lui a donné une autorité en la matière.

Arc Antique est le seul laboratoire aujourd’hui en France et en Europe à avoir développé des techniques d’une telle excellence dans la recherche et la restauration sous-marine.

La suppression de ce poste est un rude coup porté à la survie même d’Arc’Antique elle remet en question et annule certains programmes de recherche en cours.

Un excédent d’exploitation de l’établissement public de coopération Arc’Antique pour un montant de 275 675 € à la date de la fermeture des comptes pour l’année 2014, cette somme et l’activité du laboratoire en restauration sous-marine permettait largement de financer le poste de M Baron pendant quelques années.

Le syndicat CGT vous demandent de tenir les engagements écrits, votés en assemblée départementale pour qu’Arc’Antique poursuive ses projets aux niveaux local, national et international.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.